Vers des circuits courts alimentaires grâce à l'agriculture urbaine ?

26/05/2016
Partenaires : 
Natureparif
Agendas 21
Aménagement et construction
Bâtiment durable
Climat
Économie circulaire
Économie sociale et solidaire
Plans climat
Projets de territoires
Projets pilotes
Territoires

Retour sur la formation action "Circuits courts alimentaires et Agendas 21" du 26 mai 2016.

Téléchargez le compte-rendu

Des conceptions et des fonctionnalités variées de l'agriculture urbaine

L'agriculture urbaine, fortement mise en avant dans la conception de la ville de demain et sujet d'une importante dynamique en région, est au coeur de nombreux enjeux et questionnements. Elle peut être définie comme une agriculture localisée en ville ou à sa périphérie immédiate, avec une fonction de consommation locale en circuits courts.

Sans non plus vouloir atteindre l'utopie de l'autosuffisance alimentaire, notamment en Île-de-France, l'agriculture urbaine peut pour autant remplir différentes fonctions essentielles à la ville :

  • une fonction alimentaire : par la consommation immédiate de ses produits,
  • une fonction économique : que ce soient par des logiques d'insertion par l'activité, de production et de commercialisation de produits à haute valeur ajoutée, de vente directe, de création d'emplois non délocalisables,
  • une fonction sociale : par la création de liens sociaux entre producteurs et citoyens, voire la création de fermes participatives ou la reconnexion des mondes ruraux et urbains, de cohésion sociale avec les jardins partagés,
  • une fonction récréative et éducative : par l'approche pédagogique indispensable au lien rural/urbain, la participation des citoyens aux activités agricoles,
  • une fonction paysagère et écologique : par la création d'espaces végétalisées dans la ville, l'amélioration du cadre de vie et du métabolisme urbain, des fonctions de trame verte, de préservation de la biodiversité, de diminution de l'effet d'îlot de chaleur urbain, par la recomposition organique des sols et valorisation des biodéchets des alentours...

L'agriculture urbaine est caractérisée par une revendication forte de "proximité" et aussi par un écosystème d'acteurs très variée, allant au delà des sphères traditionnelles de l'agriculture et de l'alimentation : associations, architectes, urbanistes, entreprises paysagères, entreprises d'insertion, restaurateurs, citoyens, étudiants...

L'agriculture urbaine présente des enjeux majeurs, à considérer avant tout projet : des enjeux environnementaux (pollutions, contraintes des terrains et des milieux), des enjeux économiques (viabilité du ou des modèles économiques), des enjeux sociétaux (relations entre les agricultures rurales et urbaines...) et des enjeux sociaux (accès à tous à une alimentation de qualité).

Le dynamisme de l'agriculture urbaine en Île-de-France est visible sur l'Observatoire de l'Agriculture Urbaine et de la Biodiversité, piloté par Natureparif.

Rencontre avec trois porteurs de projets d'agriculture urbaine en Île-de-France

La journée a été l'occasion, après avoir présenté les différentes approches et les enjeux, de présenter trois projets concrets et différenciés d'agriculture urbaine en Île-de-France :

De l'agriculture urbaine au système alimentaire territorial : quel rôle de la collectivité ?

Au-delà d'appuyer les initiatives d'agriculture urbaine, la collectivité peut alors élargir la réflexion vers des systèmes alimentaires territoriaux (ou projets alimentaires territoriaux tels qu'envisagées dans la Loi d'avenir de l'agriculture et le projet de loi en cours sur l'ancrage territorial de l'alimentation). Pour cela, la collectivité doit rassembler l'ensemble des acteurs de son territoire, établir de manière concertée un diagnostic alimentaire et élaborer une stratégie et des projets communs avec les différents acteurs.

Avec un contexte national favorable, plusieurs réflexions et travaux en France sont aujourd'hui en cours sur la gouvernance alimentaire des territoires et les systèmes alimentaires territoriaux (travaux de l'INRA, Déclaration de Rennes de l'ARF, Pacte de Milan, Programme National de l'Alimentation...). Plusieurs métropoles élaborent des stratégies métropolitaines afin de croiser agriculture et alimentation sur leur territoire (les projets 55 000 hectares de nature et le Conseil de gouvernance alimentaire de Bordeaux Métropole, la stratégie Ville-archipel du SCOT de la Métropole de Rennes, l'agro-écologie à Montpellier Méditerranée Métropole, le projet Mon incroyable assiette Metz Métropole, la Ferme urbaine Lyonnaise, les projets alimentaires de Nantes Métropole et de la Métropole de Grenoble...). Il convient de rappeler que l'alimentation n'est pas une compétence en soi des collectivités, mais doit être considérée comme un levier de transversalité et de développement de politiques publiques (nutrition, emploi, intégration sociale, santé, éducation, urbanisme,...).

À venir : le compte-rendu détaillé de la formation action.

La formation action "Circuits courts alimentaires et Agendas 21" se poursuit les 22 et 23 juin prochain, avec un module sur l’économie sociale et solidaire, et le dernier sur l’éducation et la sensibilisation autour des circuits courts alimentaires de proximité.

Natureparif vous donne rendez-vous pour sa 3e édition des Ateliers d'été de l'Agriculture urbaine les 29 et 30 juin prochain.

Nos publications

Octobre 2017
- ARENE
L’ARENE a organisé un cycle de formations « Économie circulaire et territoires » durant l'année 2017. Afin de construire une forme de culture commune...
Octobre 2017
- ARENE, Région Île-de-France
Ce guide est fait pour les acteurs du processus de construction de bâtiments destinés à la recherche, à l'apprentissage ou à l'enseignement supérieur...
Octobre 2017
- ARENE, Région Île-de-France
Ce guide s'adresse aux acteurs de la construction et de l’aménagement de bases de loisirs. S'appuyant sur des projets en cours ou des retours d'...

AILLEURS SUR LE WEB