Le Pays de Fontainebleau invente sa gare du futur : Un exemple d’écologie territoriale

Mis à jour le 06/07/2017
Projets de territoires
Projets pilotes
ACTION REMARQUABLE

Dès 2009, l’ARENE a lancé sur le Pays de Fontainebleau une initiative visant à impulser une démarche expérimentale de changement dans les approches territoriales post-carbone.

Cette initiative s’est inscrite dans l’objectif prospectif de l’Agence d’explorer de nouvelles modalités d’accompagnement des collectivités. Le Pays de Fontainebleau avait été choisi pour ses spécificités : réseau haut débit, 250 jardins familiaux, projets transports, géothermie, présence d’écoles prestigieuses, carrefour commercial, touristique et administratif. Un profil pertinent pour développer des projets réduisant  l’empreinte carbone. Ce furent alors les phases d’observation et de perception du processus qui se sont mises en oeuvre, sans en avoir à ce moment-là conscience.
Puis la Ville de Fontainebleau a mandaté l’ARENE, afin de concrétiser cette stratégie post-carbone par la formalisation d’un plan d’actions 2011-2013. Dans ce plan, l’ARENE a présenté quatre projets structurants prioritaires à engager et des modalités de gouvernance pour accompagner le déploiement de cette stratégie sur le long terme.
Après ces premièrs travaux, l’ARENE a décidé de lancer une nouvelle expérimentation en vue de repérer, promouvoir et diffuser sur un des territoires PACTE de la Région Île-de-France des actions innovantes d’économie circulaire.

Un climat favorable s’était donc créé pour l’application du processus de la Théorie U*. Les premières phases de la méthode avaient déjà été menées. Les acteurs avaient conclu à la nécessaire mutation de la gare de Fontainebleau Avon en plateforme de services, à définir. En effet, le territoire de Fontainebleau, est une intercommunalité de 70 000 habitants comprenant 26 communes. Ce territoire  concentre des commerces, des établissements d’enseignements secondaires (lycées, enseignement supérieur) et universitaires (INSEAD, École des Mines, ONF, Laboratoire de Biologie Végétale de Paris VII), des équipements culturels qui jouissent d’une image prestigieuse. Le tissu commercial du centre-ville s’est maintenu grâce à la couronne de la forêt. Cette dernière a d’ailleurs protégé la Ville de  Fontainebleau de la construction de grands centres commerciaux en périphérie, limitant l’étalement urbain et préservant le commerce de proximité. Fontainebleau attire ainsi emplois, enfants scolarisés, clients et employés des commerces de centre-ville. Cette attractivité induit une forte pression sur les infrastructures de transport. La Ville est très bien desservie et il est possible, facilement, de faire la navette quotidienne vers Paris. En conséquence, les emplois du territoire se sont reportés vers Paris ou Melun, entraînant ainsi d’importants flux de mobilité et une dépendance par rapport à la voiture.
Pour se rendre à la gare, 40 % des automobilistes transitent par la rue Grande, qui se trouve alors congestionnée aux heures de pointe quand plus de 6 000 personnes prennent le train.
En octobre 2015, une réunion de travail rassemble de nombreux partenaires (l’ARENE, la SNCF, le Pays de Fontainebleau, BrieNov qui occupe déjà l’étage de la gare avec un espace de coworking…) pour réfléchir à la manière de travailler ensemble, en vue de la rénovation de cette gare.

L’ARENE propose alors de répondre à l’appel à projets conjoint des Ministères du Logement et de l’Environnement « Démonstrateurs industriels pour la ville durable », pour faire de la gare de Fontainebleau Avon un “Relais des possibles”.
En mars 2016, ce prototype de la gare du futur est un des 16 lauréats de l’appel à projets, permettant ainsi à la SNCF de reconvertir son patrimoine en un lieu de services innovants.
Le “Relais des possibles” permet de développer in vivo un modèle expérimental et reproductible de lieu de convergence, de services, de convivialité pour faire “ensemble” et «autrement».
La réflexion portera également sur la gare comme lieu d’aménagement urbain, d’encouragement à la création d’activités, de collaboration (concentration de plusieurs outils du développement local : incubateur, couveuse, pépinière, Living lab…) mais aussi comme un lieu d’accès aux services, de réception de commandes et d’expertises pour aider à l’animation locale et pour mieux collaborer avec les collectivités et les acteurs locaux. Ce sera à la SNCF, avec la collectivité, d’en assurer le déploiement…

* À LIRE : Comment inventer collectivement la transition écologique en Île-de-France

Nos publications

Octobre 2017
- ARENE
L’ARENE a organisé un cycle de formations « Économie circulaire et territoires » durant l'année 2017. Afin de construire une forme de culture commune...
Septembre 2017
- ARENE
Les collectivités disposent de plusieurs leviers pertinents pour l'économie circulaire, tels que la commande publique, l'urbanisme ou les relations...
Janvier 2017
- Teddif (Territoires, environnement développement durable en Île-de-France), ARENE Île-de-France
S'enrichir mutuellement pour développer l’innovation sur les territoires, tel était formulé l’objectif général de l’Atelier proposé par le réseau...

AILLEURS SUR LE WEB

Lieu de l'événement